Chercheurs et réseaux sociaux : comment construire une présence savante sur Internet

La séance d’ouverture du séminaire a eu lieu le 30/09/2020 et a été consacrée à l’insertion des chercheurs dans les réseaux sociaux généralistes. Elle était animée par Julie Giovacchini, ingénieure de recherche au Centre Jean Pépin (UMR8230-CNRS-ENS-PSL).

La crise récente de la covid-19 a souligné la situation paradoxale de la parole savante publique : réclamée, respectée mais aussi fragile et souvent inintelligible. Si le premier devoir des scientifiques est bien de diffuser la science auprès du public, où et comment le faire pour être entendu, écouté et compris ? Comment déterminer la posture idéale, entre proximité, autorité et rigueur ? Cette séance avait pour objectif de 1) situer historiquement la question du débat scientifique public et de ses modalités 2) évoquer les révolutions techniques qui ont permis la démocratisation actuelle du débat scientifique, notamment la diffusion des CMS (en évoquant les questions liées aux GAFAM et à la centralisation massive et monopolistique d’Internet qu’ils provoquent) 3) proposer quelques pistes méthodologiques et éthiques pour définir une posture d’expression scientifique ouverte.

Vous pouvez retrouver la captation vidéo de la première partie de la séance sur Canal U ici. La conférence a été suivie d’une heure de questions et débats avec les participants, et de nombreux problèmes ont été abordés, notamment la place des réseaux dits académiques comme Academia.edu et les bénéfices scientifiques et humains que la participations aux réseaux sociaux généralistes peuvent apporter aux jeunes chercheurs.

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

More Posts


2 réflexions sur « Chercheurs et réseaux sociaux : comment construire une présence savante sur Internet »

  1. Merci pour ta question ! Première réponse en forme de boutade : la dopamine c’est important aussi.
    Deuxième réponse : quantitativement, la masse de doctorant·e·s présente sur les réseaux sociaux est en soi significative. Il y a une communauté considérable, et je ne crois pas qu’elle serait aussi vivante si les participant·e·s n’en retiraient « que » de la dopamine ou des effets superficiels.
    Toutes les personnes que j’ai interrogées ont souligné deux difficultés : le manque de temps à y consacrer pour contribuer efficacement et la question du recours au pseudonymat. Mais toutes ont souligné l’importance de ce réseau virtuel à la fois pour récolter des informations, diffuser des résultats ou des annonces (par exemple avec En Direct du Labo) et trouver un soutien moral et professionnel.
    Mais le mieux est peut-être de leur laisser la parole ? Doctorant·e·s de twitter, venez répondre !

  2. Bonjour Julie, j’ai une question (sceptique)

    Les conseils que tu fournis sont intéressants, mais très inattendus pour moi. En gros, je retiens de tes conseils : évitez Academia.edu et consorts, mais construisez une présence sur Twitter, faites-vous plaisir, ça a du sens et il y a un enjeu pour les sociétés et la Science Ouverte.

    Moi j’en étais resté à la consigne que reçoivent les doctorants des universités les plus en vue : l’Université de Californie à Los Angeles, à Berkeley… où les doctorants se voient recommander de laisser de côté tous les réseaux sociaux pendant la thèse et se concentrer sur la recherche. Les échanges avec les collègues (du monde entier) vont bon train pendant leur thèse, mais par des canaux autres que les réseaux sociaux : contacts personnels, courriel…
    Ce choix d’apparence érémitique rejoint les pratiques des gourous de la Silicon Valley, qui vendent au monde entier des objets connectés mais éduquent leur progéniture à l’écart des tablettes, des ordiphones et des objets connectés : entourés d’humains (des vrais!), les enfants sont socialisés dans la vie réelle (façon Montessori & autres). Façons de faire auxquelles font écho les pratiques d’établissements universitaires dont la réputation n’est pas usurpée.

    Je me demande si les retours positifs que tu as eu de doctorants à qui Twitter apporte quelque chose de positif sont fiables. Combien de temps et d’attention consacrent-ils à Twitter ? La présence savante est-elle vraiment construite, ou n’est-ce que du vent (et de la dopamine) ? De quoi se privent-ils qu’ils auraient pu faire s’ils n’était pas « sur Twitter » pendant tout ce temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.