Résumé de la séance du 23/11/2021 : Repenser ses pratiques numériques : adopter des logiciels et services libres pour une science ouverte

Résumé de la séance du 23/11/2021 : Repenser ses pratiques numériques : adopter des logiciels et services libres pour une science ouverte

Intervention de Balthazar Do Nascimento (CNRS-LaCiTO) et de Mathieu Wostyn (association Globenet)

(La séance n’a pas été filmée ni enregistrée, mais le support de la formation sera bientôt disponible)

Les intervenants ont rappelé que le recours à des logiciels libres concerne tout le monde, pas seulement les informaticiens et des spécialistes des technologie.
Le sujet est vaste, comprend beaucoup d’implications juridiques, politiques et sociales.

Historique
La naissance du logiciel libre est lié au projet GNU développé en 1983 et à son fondateur, Richard Stallman.
Un problème de matériel l’a incité à s’intéresser au sujet des logiciels bloqués par les marques (cas des imprimantes, par exemple).
Stallman était proche des milieux hackers (terme né en 1959, lié au MIT, chez des étudiants qui voulaient connaître le fonctionnement des choses, des réseaux, des ordinateurs).
Essor de l’idée de liberté et de partage.

Les intervenants ont ensuite défini quelques concepts :
a) logiciel libre : garantie de 4 libertés fondamentales, aspect éthique assez fort

b) logiciel propriétaire : code non modifiable; logiciel payant (parfois gratuit)

c) logiciel open source. Domine actuellement.
Ne garantit pas forcément les 4 libertés du logiciel libre, il peut y avoir des restrictions.
Il existe une fondation : Open Source Initiative

d) logiciel graticiel : gratuit non libre
Logiciel propriétaire distribué gratuitement sans toutefois conférer à l’utilisateur certaines libertés d’usage.

De nos jours, beaucoup de logiciels et d’applications liés à internet fonctionnent grâce à des logiciels libres, mais sont hébergés par des entreprises privées qui rajoutent des briques “propriétaires”.

Les intervenants ont ensuite évoqué les licences, avec ou sans copyleft (forme de licence liée à la propriété intellectuelle) ainsi que les “modes” actuelles dans ce domaine (BSD : https://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_BSD ; MIT : https://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_MIT).

La séance s’est achevée par un débat avec les participants sur leurs usages et questions au sujet des logiciels qu’ils utilisent.
Si les arguments en faveur du recours aux logiciels libres sont nombreux (formats non propriétaires, possibilité de récupérer les données, coûts),  les freins ne le sont pas moins :
–  formation (il faut apprendre à se servir d’un logiciel qui fonctionne suivant une autre logique, cela peut prendre du temps que l’utilisateur n’arrive pas à trouver) ;
– pérennité moindre de certains logiciels libres (il faut donc changer, réapprendre régulièrement) ;
– ergonomie (certains logiciels sont développés dans l’idée qu’ils fonctionnent différemment de la version payante, ce qui est peu incitatif pour l’utilisateur)…

Dans ce contexte, les associations liées aux logiciels libres peuvent servir de centre d’information et aider au changement des pratiques des usagers.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.