Archives par mot-clé : open access

Où publier ? Revues et maisons d’édition en sciences du langage – qualité du processus éditorial, visibilité des travaux et reconnaissance

La séance du 6/10/2020 était animée par Raphaëlle Chossenot et Alexis Michaud. Les intervenants ont présenté leur propre expérience d’édition et de publication et ont dressé un panorama à la fois pratique et critique des usages et des lieux de publication en linguistique et phonologie, sans s’interdire des excursus dans d’autres disciplines notamment en sciences humaines et sociales. De l’éloge de la #slowscience aux critères de bonne pratique éditoriale, les questions abordées ont pu montrer d’une part les biais et difficultés pour discerner les lieux pertinents de publication pour les doctorants et jeunes chercheurs, d’autre part la responsabilité collective dans les choix et les pratiques afin d’infléchir le paysage général de l’édition scientifique dans une direction plus appropriée aux impératifs de la science ouverte.  La discussion qui a suivi les présentations a mis l’accent sur les questions liées à l’évaluation des chercheurs, à la pratique du dépôt de preprint, à l’importance de l’accessibilité des données de la recherche et à l’utilisation de plateformes comme HAL.

La captation vidéo de la première partie de la séance, organisée par l’UPS 2259, est disponible ici.

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

More Posts

Historique : la Science Ouverte sur le campus de Villejuif

En mars 2018, le campus CNRS de Villejuif accueillait une matinée de réflexion et sensibilisation organisée par Julie Giovacchini et Elodie Chacon sur le thème Science ouverte et libres savoirs : l’Open Access , un défi scientifique et politique. Il s’agissait notamment de :
> comprendre la Loi pour une République numérique
> diffuser ses publications
> identifier les prédateurs
> choisir ses outils 
Etaient notamment invités Pierre-Carl Langlais (chercheur en sciences de l’information et de la communication, GRIPIC) et Armelle Thomas (chargée de la promotion et l’information sur l’Information Scientifique et Technique, Maison des Sciences de l’Homme de Dijon).

A la suite de cet événement, un groupe s’est constitué autour de Julie Giovacchini, Raphaëlle Chossenot et Jean-Baptiste Maistre. Des échanges auxquels ont participé Anne Bélingard, Karine Gay, Agathe Marion, Isabelle Michel, Nathalie Olivier, Duna Troiani, Sophie Vassilaki, Bernard Weiss, Houcin Zerroug… ont abouti à la formulation d’un projet de séminaire, qui a été accrédité par la Sorbonne Nouvelle et par l’INALCO.

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

More Posts

Chercheurs et réseaux sociaux : comment construire une présence savante sur Internet

La séance d’ouverture du séminaire a eu lieu le 30/09/2020 et a été consacrée à l’insertion des chercheurs dans les réseaux sociaux généralistes. Elle était animée par Julie Giovacchini, ingénieure de recherche au Centre Jean Pépin (UMR8230-CNRS-ENS-PSL).

La crise récente de la covid-19 a souligné la situation paradoxale de la parole savante publique : réclamée, respectée mais aussi fragile et souvent inintelligible. Si le premier devoir des scientifiques est bien de diffuser la science auprès du public, où et comment le faire pour être entendu, écouté et compris ? Comment déterminer la posture idéale, entre proximité, autorité et rigueur ? Cette séance avait pour objectif de 1) situer historiquement la question du débat scientifique public et de ses modalités 2) évoquer les révolutions techniques qui ont permis la démocratisation actuelle du débat scientifique, notamment la diffusion des CMS (en évoquant les questions liées aux GAFAM et à la centralisation massive et monopolistique d’Internet qu’ils provoquent) 3) proposer quelques pistes méthodologiques et éthiques pour définir une posture d’expression scientifique ouverte.

Vous pouvez retrouver la captation vidéo de la première partie de la séance sur Canal U ici. La conférence a été suivie d’une heure de questions et débats avec les participants, et de nombreux problèmes ont été abordés, notamment la place des réseaux dits académiques comme Academia.edu et les bénéfices scientifiques et humains que la participations aux réseaux sociaux généralistes peuvent apporter aux jeunes chercheurs.

Julie Giovacchini

CNRS - UMR 8230 - Spécialiste de philosophie hellénistique (épicurisme et scepticisme) et d'histoire de la médecine, ingénieure en analyse de sources anciennes, rédactrice pour la revue Philosophie antique.

More Posts

Licences Creative Commons et documentation des langues en danger : d’une recherche de solutions simples à une exigence de Science Ouverte

(Billet en français – This post is only available in French)

A la demande de Danièle Bourcier, introductrice des licences CreativeCommons en France, j’ai rédigé un court texte au sujet de l’emploi de ces licences dans l’entreprise de documentation des langues en danger qui constitue, depuis sa fondation en 1976, un axe central des activités du laboratoire LACITO (Langues et Civilisations à Tradition Orale).

La Collection Pangloss rassemble des documents multimédia de langues « rares », principalement à tradition orale (sans écriture). Elle est l’une des collections hébergées par l’archive ouverte CoCoON (Collection de Corpus Oraux Numériques). Depuis ses débuts dans les années 1990, la Collection Pangloss a suivi le principe qu’on résume aujourd’hui par la préconisation d’un accès aux données aussi large qu’il est possible, aussi restreint qu’il est nécessaire. Les données primaires et leurs annotations sont consultables en ligne, et téléchargeables en intégralité. Les licences Creative Commons ont été recommandées aux déposants dès leur diffusion dans les premières années de ce siècle, et demeurent (en 2020) les seules licences qui fassent l’objet d’une présentation sur le site internet de l’archive ouverte CoCoON. C’est donc tout naturellement que les déposants se trouvent orientés vers ces licences.

Les déposants adoptent volontiers les licences Creative Commons parce qu’elles promettent des solutions simples pour éviter les problèmes juridiques. Si on ne sait trop où porter son choix parmi les diverses déclinaisons de ces solutions clefs en main, on n’a qu’à choisir une licence qui offre le rempart le plus solide possible contre des usages indésirables : interdire l’utilisation commerciale, en mode NC, et la modification, en mode ND. On est à l’abri des soucis, et on a l’esprit tranquille pour se concentrer sur ce qui compte vraiment : produire nos publications.

Par quel ébranlement accède-t-on, dans un second temps, à une autre vision des choses ? À l’occasion d’une invitation à une réunion du chapitre français de Creative Commons ? D’une discussion avec un.e passionné.e du libre accès qui travaille à la bibliothèque universitaire, ou avec un.e collègue qui vous oriente vers la liste internet [accesouvert] ? Ou encore en regardant une vidéo de Calimaq, qui vous amène à découvrir la Quadrature du Net, et des livres passionnants (Hess & Ostrom 2007; Snowden 2019) ? Dès lors, en même temps qu’on découvre que les licences Creative Commons ne sont pas une réponse nécessaire et suffisante à toutes les questions juridiques que posent la collecte, l’archivage, la diffusion et l’exploitation de données linguistiques, on mesure leur rôle de porte d’entrée vers le monde des Communs – communs sylvestres aussi bien que communs de la connaissance. On est dès lors prêt à entendre des messages comme celui que porte une Journée d’étude « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés ». Dans une époque où des gouvernements « décomplexés » orchestrent l’étiolement de l’enseignement et de la recherche (faible investissement dans la recherche publique, modalités déséquilibrées de répartition des crédits au détriment du financement de base à l’activité scientifique, soutien insuffisant aux collectifs de recherche, diminution continue de l’emploi scientifique, dégradation des conditions de travail), l’engagement pour la Science ouverte en vient peu à peu à se confondre avec le beau programme d’un « retour aux sources de l’ethos de la science ». Une source où puiser « la force qui nous manque » (Joly 2007), qui est celle du collectif.

Références citées : 

Hess, Charlotte & Elinor Ostrom. 2007. Understanding knowledge as a commons. Cambridge, MA: MIT Press.

Joly, Eva. 2007. La Force qui nous manque. Les Arènes.

Snowden, Edward. 2019. Permanent record. Macmillan.

Alexis Michaud

I'm a linguist specialized in phonetics, focusing on un(der-)documented languages.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter